Ménage de printemps…

 

Notre culture, notre éducation, la société font régner le mythe de l’individualisme.
Nous nous devons d’être chacun un être à part entière, différent des autres, performant.


Nous cherchons par conséquent à trouver notre identité, en nous distinguant 
et ne nous reconnaissant
à travers des actes, des goûts, des personnes. Nous construisons notre égo.

 Cela nous demande du temps, des efforts pour fusionner avec cette construction, cette carapace…

Puis un jour, cette armure qui était sensée nous protéger du monde nous étouffe, nous étrique, nous limite.
Celle qui devait nous défendre devient notre pire ennemi, il ne reste qu’une solution, non pas la détruire, mais la déconstruire, pièce par pièce.

Il ne s’agit pas de tout casser mais de procéder à l’inventaire en soi des valeurs, croyances, peurs
et autres conditionnements que nous avons fait nôtres, que nous avons intégrés en nous sans recul ni esprit critique,
que nous avons considérés comme véritables parce que cela relevait de l’héritage…

Il nous appartient à chacun de faire ce tri pour retrouver une armure nous préservant
mais n’obstruant plus la lumière scintillante et rayonnante de qui nous sommes vraiment, au-delà des conditionnements.

 Une seule question à nous poser chaque matin :

« Qu’est-ce que je veux vraiment ? »

Et si la réponse est :

« Suivre le profond désir de mon cœur »

 alors, arrachez les mauvaises herbes de votre jardin intérieur, faites du tri sélectif, faites de la place, du vide, pour pouvoir planter en conscience et par choix vos graines de changement.

Un choix responsable pour une vie en écho de votre décision.

 Les neurosciences nous disent aujourd’hui que le changement durable tient en 4 points fondamentaux :

  1. La prise de conscience.
    C’est le point de départ. Une fois que vous avez pris conscience d’un comportement toxique pour vous ou pour les autres, vous avez fait 50% du chemin, ce qui est énorme. Vous pouvez vous embrasser la main !
  2. Les actions concrètes
    Plantez vos graines de changement.
  3. La persévérance 
    « Le changement, c’est neuronal ! » et les neurosciences nous disent aujourd’hui qu’il faut arroser ses graines pendant 21 jours d’affilés pour que le chemin neuronal soit tracé, c’est-à-dire que vos graines germent. Ensuite il est impératif de continuer l’arrosage jusqu’à 100 jours pour que le chemin devienne route.
    A partir de là, tout sera plus facile et naturel. Il vous suffira de rester dans la conscience de vos comportements et de cultiver votre jardin au quotidien.
    Un peu d’engrais à chaque changement de saison (lire un livre, assister à une conférence, visionner un lien Youtube sur le sujet) et le tour est joué.
    Sans la persévérance, le changement est impossible.
    Le résultat de votre détermination ?
    Votre jardin sera entretenu et vous pourrez cueillir les fleurs que vous aurez plantées.
    Il sera à l’image de ce que vous voulez vraiment.
  4. l’envie
    Sans le moteur de la motivation, n’essayez même pas, ça ne marchera pas !
    Changer est tellement difficile, qu’il faut que la détermination soit chevillée à vos trippes pour avoir le courage d’aller jusqu’au bout.
    Le cadeau ? L’automatisation de vos nouveaux comportements.
    – Adieu réactions impulsives et culpabilité associée.
    – Adieu addictions et remords.
    – Adieu perfectionnisme ou procrastination et le jugement qui va avec.

 

A vous de voir ce que vous voulez.

 

C’est une question de choix et de responsabilité.

 

Vous seul pouvez changer et personne ne peut le faire à votre place !

 

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas
C’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles ».

Ralph Waldo Emerson

 

 

« L’homme qui déplace les montagnes commence par déplacer les petites pierres. »

Confucius

 

Quelle est la première graine de changement

que vous allez planter aujourd’hui ?

 

 

C’est le printemps !

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :