Dé-chaîné…

Imaginez que vous vous donnez le droit d’être furieusement heureux.
Oui, imaginez une seconde que vous n’êtes plus l’objet de vos peurs,
que vous acceptez les vertiges de vos contradictions.

Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence,
que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l’instant présent.

Imaginez que vous savez tout à coup être léger sans être jamais frivole.


Imaginez que vous êtes résolument libre,
que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant
que vous croyez devoir vous imposer en société.


Vous avez quitté votre crainte d’être jugé.


Imaginez que votre besoin de faire vivre
tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous
soit enfin à l’ordre du jour.


Imaginez que votre capacité d’émerveillement soit intacte,
qu’un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis
et autant d’espérances inassouvies.


Imaginez que vous allez devenir assez sage
pour être enfin imprudent.


Imaginez que la traversée de vos gouffres
ne vous inspire plus que de la joie.


Alexandre Jardin

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :